• Ecole francophone d’analyse transactionnelle et de développement des groupes et des personnes.

    • Des outils, des concepts, des analyses pour comprendre
    • Des méthodes pour agir et réussir
    • Du cœur et de l’humour pour accompagner

  • Actualités

    Le Blog /

    Sale temps cet été

    La concordance entre la crise financière et sociale et les violences urbaines de ces derniers mois en Europe ne doit-elle pas nous interroger sur le modèle de société que nous voulons pour l’avenir de notre jeunesse ?

    Cette période estivale est bien curieuse ; il fait un sale temps…

    La météo, bien-sûr n’est pas très favorable aux bronzettes habituelles.

    Mais les tempêtes financières et sociales m’inquiètent bien plus que quelques jours de mauvais temps en Juillet ; après tout nous avons eu un temps magnifique en Avril.

    J’ai été frappé comme sans doute beaucoup d’entre vous, par la concordance de la crise financière et des mouvements de violences urbaines dans plusieurs villes d’Europe.

    [Lire la suite →]

    Tiens… Pan est de retour….

    « L’affaire Dominique Strauss Kahn » fait la une en ce moment, tant de la presse et des médias que des conversations en tous lieux. L’emballement médiatique met en circulation des informations controversées et les commentaires sont nombreux et variés, tantôt pertinents et fins, tantôt insipides et inconsistants, tantôt jugeant et haineux.

    Cette affaire se commente également dans le choc des cultures médiatiques et judiciaires: l’information sensible est traitée à New York à la manière « anglo-saxonne » et ici, dans le « french way of life », suscitant émotions et incompréhension mutuelle.

    A ce stade et au-delà de tous les commentaires, la raison doit nous inciter à considérer qu’il y a une victime présumée et un agresseur présumé. Et c’est à la justice de faire son œuvre dans les procédures et le rythme qui sont les siens.

    Ici, il est indispensable de rappeler la différence entre un séducteur et un violeur. Le premier recherche l’approbation de l’autre pour s’enhardir tandis que le second dénie l’autre et cherche à dominer pour assouvir ses propres pulsions.

    [Lire la suite →]

    L’inéluctable mutation

    Le monde du travail semble se craqueler : ce n’est pas une catastrophe c’est simplement une mutation.

    Evidement, la crise économique et sociale affecte directement chacune et chacun dans ses activités : hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, question des retraites et du temps de travail, mais aussi repositionnements stratégiques indispensables, alliances, mondialisation des échanges, concurrence impitoyable….etc.

    En plus, le climat et les phénomènes naturels  s’en mêlent paralysant les avions, les trains ou les voitures…

    Des épidémies, des famines touchent les pays les plus en fragilité et même nos pays développés peuvent être affectés jusque dans leur capacité à diriger leur économie.

    En arrière fond, on peut observer une sorte de clivage entre des systèmes de valeurs sociétales qui ont du mal à cohabiter.

    [Lire la suite →]

    Un court métrage d’Eric Egé ….qui ne nous laisse pas à court d’idées sur un sujet sensible !

    Noël

    Eric Berne, fondateur de l’analyse transactionnelle, disait que “le plus difficile pour les grandes personnes était d’accepter que le Père Noël n’existe pas.”
    C’est vrai, il n’existe pas, mais nous avons cette capacité à créer la magie de Noël pour les enfants et les Etats du Moi Enfant ( le petit enfant qui reste présent en chaque personne toute sa vie)

    • La magie de Noël, au-delà des légitimes croyances de chacun, c’est de contribuer à créer une harmonie et une concorde entre les Hommes.
    • La magie de Noël, c’est de faire briller les yeux des enfants en leur témoignant de l’amour inconditionnel (qui reste le plus beau des cadeaux). Souvenons-nous : “Aucun adulte de ce monde ne devrait se sentir en paix tant qu’un enfant meurt de faim ou de manque de soins”.
    • Enfin la magie Noël, c’est de prendre consicence que c’est le moment du renouveau de la nature qui va éclore au printemps; c’est-à-dire la magie de la Vie.

    Belle et heureuse année 2010.

    Miracle de la nature ?

    Les animaux ont une “connaissance innée” des gestes à faire pour maintenir la vie…..et nous autres humains, avons besoin de ré-apprendre cette connaissance !
    Les oiseaux nous murmurent d’aller rechercher cette connaissance au fond de nous……
    il y a quelque chose de poétique dans ce murmure, quelque chose qui touche l’intériorité de chacun, quelque chose de l’ordre du secret partagé.

    Le Haka des Blacks

    Le chant des All Blacks

    (équipe de rugby de la Nouvelle Zélande)

    On raconte que, vers 1820, le chef māori Te Rauparaha venait d’échapper à une tribu ennemie, le Ngati Tuwharetoa.

    Les guerriers du Ngati Tuwharetoa approchaient. Te Rauparaha entendait déjà leurs incantations, quand il rencontra Te Wharerangi, chef de la région Rotoaira, et lui demanda sa protection.

    Te Whareangi, d’abord hésitant, permit finalement à Te Rauparaha de se cacher dans son « kumara pit », un genre de fosse où les Māoris stockaient leurs kumaras (patates douces).

    La tribu ennemie se rapprochait encore et Te Rauparaha, bien que caché au fond de la fosse, était certain d’être découvert et tué ; il se répétait tout bas « je meurs, je meurs ».

    Quand il se rendit compte que ses ennemis ne l’avaient pas trouvé, Te Rauparaha se mit à crier « Ka Ora, Ka Ora ! je vis, je vis !

    L’homme « poilu » qui est allé chercher le soleil l’a fait briller à nouveau ! Le soleil brille ». (Te Rauparaha parlait de Te Wharerangi, qui était célèbre pour son corps très velu.)

    Littéralement , « Upane » veut dire « marches ». Peut-être Te Rauparaha criait-il « upane » à chaque marche gravie pendant son retour vers le grand soleil et la liberté. Une fois sorti de la fosse, Te Rauparaha aurait dansé son Haka de joie devant les deux chefs, Te Wharerangi et Te Rangikoaea.Ringa pakia !

    Les paroles

    Uma tiraha !

    Turi whatia !

    Hope whai ake !

    Waewae takahia kia kino !

    Ka mate ! Ka mate ! Ka ora !

    Ka mate ! Ka mate ! Ka ora !

    Tenei te tangata puhuru huru

    Nana nei i tiki mai, Whakawhiti te ra

    A upane ! ka upane !

    A upane ! ka upane !

    Whiti te ra ! Hi !

    En français

    Tapez les mains contre les cuisses !

    Soufflez !

    Pliez les genoux !

    Laissez la hanche suivre !

    Tapez des pieds aussi fort que vous pouvez !

    Je meurs ! je meurs ! je vis ! je vis !

    Je meurs ! je meurs ! je vis ! je vis !

    Voici l’homme poilu

    Qui est allé chercher le soleil

    Et l´a fait briller à nouveau !

    Un pas ! Un autre pas !

    Un pas ! Un autre pas !

    Devant le soleil qui brille ! Hi !

    All Blacks vs France- the Haka – Ma-Tvideo France2
    As always, impressive and fascinating, the traditional Maori Haka dance performed by the New Zealand All Blacks on saturday November 11th 2006 led to France’s defeat 47-3

    Une superbe version artistique du fameux haka des Néo-Zélandais

    L’hymne Sud Africain : Une merveille de la réparation d’un peuple

    Introduction
    L’Afrique du Sud est décrite comme étant un monde en un seul pays à cause de la diversité de sa population et de ses cultures.
    Bien que ces différentes cultures se côtoient depuis des années, nombreux sont les Sud- Africains qui n’ont pas encore pris la mesure de la diversité de la société sud-africaine.
    Aujourd’hui, en revanche, on note une volonté affichée de mieux connaître les membres des autres communautés.
    La population sud-africaine compte 40,6 millions de personnes dont des Noirs (76,7%), des Blancs (10,9%), des Métis (8,9%) et des Asiatiques (2,6%), et d’autres groupes (0,9%).
    Ce pays qui a connu l’intolérable intolérance de l’apartheid se répare lentement et la vigueur de son économie en est l’un des symboles.
    Le rugby, sport national en est un autre symbole. Sport de l’élite blanche, il a petit à petit intégré des joueurs noirs et métisses qui contribuent largement aux succès de cette formidable équipe, actuellement championne du monde. Même au plus fort de l’apartheid, les équipes de France de rugby ont toujours maintenu un lien avec le rugby Sud Africain à travers des hommes comme Albert Ferrasse et Dany Craven tous les deux pourfendeurs des politiques de ségrégation.

    [Lire la suite →]

    Un Bodhisattva dans le Métro